Projet éducatif

L’École Privée Louis Chaigne est un établissement catholique d’enseignement, (qui est aussi un établissement d’enseignement catholique) ayant signé un contrat d’association avec l’État… et qui participe donc officiellement à l’École de la République. Catholique, du grec katholikos qui signifie universel, l’école Louis Chaigne se veut donc aussi ouverte à toutes les sensibilités culturelles.

Cette qualité d’École Catholique lui est reconnue par l’évêque de Luçon qui préside le Comité Diocésain de l’Enseignement Catholique (CODIEC). Tous les jeunes qui le désirent, sans distinction d’origine ou de croyance peuvent demander à être inscrits à l’École Louis Chaigne, à condition qu’ils acceptent le caractère propre de l’établissement, qui consiste essentiellement à « lier dans le même temps et le même acte l’acquisition du savoir et la proposition de la foi… », comme le prévoit le projet diocésain de l’Enseignement Catholique. L’accompagnement des élèves est assuré au quotidien par les enseignants, et par des parents d’élèves, en étroite liaison avec la paroisse, pour l’éveil à la foi et pour la catéchèse. Voici le projet éducatif de l’école en 8 points :

Donner au plus grand nombre une formation solide :
– Proposer une pédagogie adaptée au niveau de chacun.
– Aider chaque enfant à développer ses propres compétences.
– Garantir un suivi individuel et rigoureux du travail et des résultats.
« Aucun élève n’a toutes les compétences… Mais aucun n’en a aucune !… »

Être attentif aux fragilités :
L’école accorde le droit à la faille, à l’erreur, à l’échec vécu comme une expérience, un passage, un seuil… « Bienheureux les fêlés, la lumière peut les traverser. »
– Ne pas enfermer les autres dans des préjugés… Car un élève qui ne réussit pas peut réussir.
– Penser à mettre du positif pour dégager un espace de confiance ; ainsi, ceux qui se sentent faibles, abattus, rejetés, peuvent se relever.
– Regarder les enfants comme des êtres en devenir ; il faut voir plus loin que les comportements et les résultats scolaires…
– Espérer en l’élève, c’est aimer son avenir.

Aider chaque enfant à s’épanouir, à devenir un adulte libre et responsable :
L’école refuse l’exclusion…
– Fournir à chacun le droit d’avoir sa place, d’être reconnu.
– Fournir à chacun les repères dont il a besoin pour vivre en société.
– Développer les capacités de discernement.
– Proposer une rigueur et une discipline acceptées par tous.

Proposer une formation inspirée des valeurs évangéliques :
L’école porte sur chaque enfant un regard qui le fait « être »…
– Assurer une éducation dont la ligne directrice est le respect de l’autre.
– Proposer un éveil à la foi en respectant les convictions de chacun ; proposer la foi permet l’expression de la diversité dans une société qui pousse à l’uniformité…
– Être toujours à l’écoute de chaque enfant.
– Offrir une préparation active à la profession de foi.

Nous favorisons :
– l’accueil : rentrée échelonnée en PS pour les enfants, Portes Ouvertes…
– un esprit de famille et l’implication des parents,
– la cohésion du groupe, une ambiance détendue, en classe et avec les parents,
– le respect, la tolérance, l’écoute…
– la responsabilité de l’enfant (maîtrise de soi …),
– l’entraide : ceux qui ont compris expliquent à ceux qui ont des difficultés, les plus grands lisent devant les plus petits…

Moyens (positifs) :
– discussion élèves/éducateurs, parents/enfants pour une mise en mot des situations et des émotions,
– adhérer au contrat de vie commune (règles …),
– prévoir des rencontres parents/enfants/enseignants pour faire le point,

Sanctions (positives) :
Il faut parfois sanctionner car… « Un fleuve sans rivage devient vite un marécage. »
L’école veut fournir la confiance qui fait vivre et l’espérance qui fait grandir…
– analyser sa faute et rechercher des sanctions avec l’enfant :
Pas d’appréciations orales ou écrites qui tuent : « Moins intelligente que sa sœur »,
– présenter ses excuses, écrire un texte, faire un travail d’intérêt collectif,
– en cas de faute grave : rencontre enseignants/parents/élèves… avertissement, exclusion temporaire, voire définitive.

Les élèves doivent éviter :
– l’exclusion d’un camarade dans les jeux, les grossièretés, les insolences, la violence,
– les rapportages pour faire punir, les rumeurs qui font mal et mènent à l’exclusion d’un camarade.
– en classe : les déplacements inutiles, l’agitation, les refus de travailler…

Les commentaires sont fermés